Ravito, toto !

Réveillé par les bruits de déménagement de mes voisins, un couple de saisonniers pour qui le laborieux hiver helvétique se termine plus vite que prévu, je suis surpris de ne pas trouver mes deux poulettes tapies, comme chaque matin, devant la porte de ma chambre. Ne seraient-elles pas encore rentrées de leurs escapades nocturnes ? Probable, avec la lente remontée des températures, l’extérieur redevient leur terrain de prédilection. Du coup, je vais déjà m’occuper de me restaurer avant qu’elles ne viennent, à leur tour, réclamer pitance et caresses.

L’échappée (pas forcément) belle du jour consiste en un rapide aller-retour destiné à calmer un frigo qui crie désormais famine. Et là, quitte à le braver, ce maudit virus, je choisis d’aller me ravitailler directement à la grande ville. Pour autant qu’on puisse qualifier Martigny de grande ville. Si la route du Grand-St-Bernard n’est pas complètement désertée, il y règne quand même un calme inhabituel. Pratiquement que des immatriculations valaisannes et toutes à une allure respectant (à peu près) les limitations. Ou quand Mr Covid a aussi du bon…

En revanche, au centre commercial, le tableau est moins rose. Beaucoup de rideaux métalliques abaissés au milieu desquels s’étire une file de caddys séparés par le mètre cinquante désormais imposé et tracé à même le sol. Les gens sont étrangement calmes. Apathiques ou résignés, ils peinent à sourire, ou simplement à rendre un bonjour ? Cela aurait été la peste ou le choléra, je dis pas. Mais là, il n’y a pas péril en la demeure. C’est même justement en y restant (à demeure) que vous serez le mieux protégé de ce virus, que, de toute façon, à l’instar de la grippe, nous finirons tous par chopper, tôt ou tard, (mais le plus tard sera le mieux). La fabrication des fameux anticorps collectifs espérés, étant à ce prix et le confinement strict mais qui ne veut pas le dire, ayant comme unique but d’éviter que nous le choppions tous en même temps.

Une petite giclée de gel hydro, alcoolique et obligatoire, et hop, me voilà à l’intérieur du supermarché orange (Migros ou Coop, à vous de deviner) muni d’un Self Scanning désormais hautement recommandé (surtout par des caissières qui, il n’y a pas si longtemps, nous accusaient de les priver de job). L’atmosphère y est tout de suite plus affairée. Si certains clients vaquent calmement à leurs courses quotidiennes, devenues hebdomadaires par la force des choses, d’autres remplissent leur caddy comme s’ils voulaient ouvrir un magasin d’alimentation concurrent de celui qu’ils sont en train de dévaliser. Mis à part quelques étalages qui peinent à être ré achalander, il ne manque pourtant pratiquement rien. Ni fruits, ni légumes, ni pain, ni viande, au rayon frais. Ni pâtes, ni riz, ni conserves, à celui des aliments à longue durée de conservation.

Ah, si, finalement, au rayon PQ, c’est le grand bleu, qui est aussi, accessoirement, la couleur des étagères. Visiblement, il fait quand même un peu, voire beaucoup, « chier » ce SRAS-CoV-2, le retour.

2 Réponses

  1. Grandjean

    Salut, j’adore lire tes commentaires que se soit pour une escapade à vélo et aussi pour ces jours de semi-confinement.
    En espérant te revoir à l’occasion sur une virée, prends soin de toi.
    Le bikeur mal équipé ( Scott) lors de ta sortie “cabane des Becs de Bosson 2015

    Répondre
    • Steph

      Salut Jean-Claude,

      Quel plaisir de te lire !

      Cette période de (semi) confinement est en train de réussir à me démontrer à quel point le contact humain est important. Loin de ma vie professionnelle habituelle, durant laquelle les échanges sont permanents, je me rends compte que les êtres humains ont besoin, non seulement de nourriture, mais d’échanges. Alors, déjà merci pour ton message. Il me fait vraiment plaisir.

      Concernant mes billets à propos du confinement, j’ai commencé à les écrire parce que j’avais besoin d’exprimer ce que je ressens, de mettre des mots sur les émotions qui se bousculent dans ma tête. A aucun moment je n’avais prévu de les mettre en ligne. Je les écrivais sur OneNote (mon carnet de notes personnel), juste parce que ça me faisait du bien. Et puis, je me suis dit, en refaisant la “homepgage” de mon site, que c’était important de garder une trace écrite de ces journées particulières et que ce n’était pas en les stockant quelque part au fond d’un disque dur que je les relirai un jour. Du coup, j’ai décidé de les mettre sur AlpA, sans même penser que quelqu’un d’autre que moi aurait du plaisir à les lire. Ton message m’incite à penser que j’avais tord, et c’est tant mieux. J’avais de toute façon prévu de continuer à décrire et illustrer chaque jour de confinement, mais, en sachant que qqun les lira, ça me donne encore plus de motivation à le faire.

      Jean-Claude, bien sûr qu’on se reverra ! Cette pandémie s’arrêtera forcément un jour (ça semble déjà être le cas en Chine) et les beaux spots VTT trop rares pour qu’on ne s’y recroise pas un jour ou l’autre. En m’en réjouissant déjà, je te souhaite le meilleur du meilleur. Prends soin de toi et de tes proches, reste confiné autant que possible et essaie de faire de cette période particulière un moment d’enrichissement personnel et une prise de conscience pour le futur.

      Même les bikers qui roulent en Scott survivront à ce virus

      A bientôt sur les chemins et encore un grand merci pour ton message.

      Très cordialement

      Stéphane

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer