Quitte à passer au balcon la période de culte à la consommation effrénée, aussi naïvement appelé fêtes de fin d’année, autant en choisir un des plus beaux du Bas-Valais. L’ascension du petit massif boisé du Mont de l’Arpille ne s’entreprend généralement ni pour son altitude, relativement basse, ni évidemment pour ses difficultés techniques, inexistantes, mais pour le phénoménal panorama qu’il offre sur toute la région allant du coude du Rhône aux confins du Valais romand, en passant par le Pays des Dranses, la vallée du Trient et le massif du Mont-Blanc.
Dicton’con, suite et peut-être fin.

Toujours dans l’attente de l’or blanc, à nouveau annoncé pour le début 2007, nous avons choisi de mettre une nouvelle fois à profit l’incroyable météo que nous réserve cette fin d’année 2006 pour rajouter une rando automnale à une saison finalement beaucoup plus complète qu’initialement envisagée. Crapahuter un 30 décembre, raquettes sur le dos, tout le long de l’éperon rocheux de l’Arpille, entre le col de la Forclaz et la petite clairière du Cœur, sous un soleil omniprésent et par des températures quasi printanières, est à la fois une expérience un peu « déroutante » pour la tête et un moment de pur bonheur pour les yeux.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation de ses cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer