Octobre,
La lumière des jours s’effiloche inexorablement, comme le pan d’un tricot qui perd ses mailles.
La nature engourdie par les premiers froids, se dépouille lentement de son superflu.
Les fluctuations de la neige en altitude augurent déjà l’hiver qui s’avance.
Les sentiers sont désertés, la montagne, apaisée.
Les derniers touristes s’en sont retournés chez eux,
gagner de quoi s’offrir des vacances toutes neuves.

1032 hectopascals d’un été indien aussi doux que tardif.
Des chemins parmi les plus courus de la vallée de Chamonix, rien que pour nous.
Et si la vraie saison, c’était hors-saison ?
Octobre,
moi j’adore…

Une réponse

  1. PA

    Ma-gni-fi-que !
    Même le plus génial des peintres ou des sculpteurs ne saurait agencer une telle harmonie.
    Et bravo au photographe/commentateur !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation de ses cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer