Ah, le joli mois de mai, « déconfiné », mais toujours aussi humide, voire carrément glacé, Saints du même nom, obligent. Ce mois, « calendairement » printanier par excellence, ce mois durant lequel on est normalement censé faire ce qui nous plait (saut cette année), est avant tout un mois qui compte, dans le monde paysan. Parmi les dictons qui le confirment, il en est un, alsacien, qui colle particulièrement bien à ce mai 2020, pas forcément plus singulier que ses prédécesseurs : « Mai frais et mouillé remplit la grange et les tonneaux ». Alors, à défaut de totale liberté, pour cette année, on ne devrait normalement manquer ni de pain, ni de vin.

A chaque palier de déconfinement, notre groupe s’agrandit, mais nos itinéraires continuent provisoirement à rester locaux, sans que ça ne soit spécialement démotivant, tant le nombre et, surtout, la qualité de chemins environnants sont à la hauteur. Entre le pas très autorisé Fontanay-Charrières, le virevoltant Charrières-Combe-Clambin, l’aventureux Dent supérieur, suivi du plus conciliant Dent inférieur, ou encore, le rugueux et spectaculaire Mayentset-Châtelard, il y a de quoi faire, et refaire toutes ses gammes en matière de pilotage, mais aussi satisfaire les désirs les plus variés en matière de monotraces alpins.

Seule contrainte liée à la saison, tant que le premier juin n’est pas consumé, en adret, continue de rouler !

Une réponse

  1. Jeanlouis Pitteloud

    comme dab, de superbes images…mais un peu tôt…? on est en mai mais contrairement au dicton: fais pas tout ce qui te plait.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer