Ça y est, voilà l’été !

Une fois n’est pas coutume, la belle saison s’est pointé un chouïa en avance, cette année. Hier soir, à 23H43, le soleil a atteint le point plus septentrional de son orbite annuelle. Alors, certes, cela signifie que nous avons entamé l’inexorable raccourcissement des jours qui va nous mener au solstice d’hiver, mais, paradoxalement, nous en avons aussi terminé avec cette parodie d’automne avant l’heure qui a caractérisé ce mois de juin hors norme en matière de froid et d’humidité. Si, jamais l’été n’avait débuté si tôt, depuis 1896, peut-être jamais, non plus, il n’avait été aussi attendu que cette année. Comme la ré-ouverture post « Covid » de nos frontières est désormais également actée, c’est du côté de la « Macronie » que nous avons entrepris une première incursion pour fêter le retour de l’été et la douce musique de la roue libre.

Premier jour de l’été ?
Faut le dire vite…
Je ne me souviens pas de la dernière fois où nous avons autant « chauner ». Au premier névé rencontré, on s’est dit « allez, une fois les pieds mouillés… les pieds mouillés ». Au deuxième, « allez, c’est juste un autre mauvais moment à passer ». C’est seulement après le huitième qu’on a commencé à se dire que le réchauffement climatique ne devait pas savoir où se trouve la Croix de Fer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer